Grande pensée des deux-jours...

Publié le par LDT

Enfin "grande pensée" je m'y crois...

Mais quelques questions me reviennent de temps en temps; Les journalistes ont leurs marronniers, moi j'ai mes questions philosophiques qui me reviennent dans la tronche une fois de temps en temps. Là j'en ai deux en l'occurrence.

Hier, ailleurs qu'ici je suis tombé, comme j'en ai malheureusement l'habitude, sur quelques bobos bienpensants, qui avaient décidé de me prouver leur supériorité morale et intellectuelle en m'expliquant que tout d'abord, le mépris des français par les étrangers, surtout par les américons, ne méritait pas de réponse, que c'était plus intelligent de les laisser nous insulter et que c'était une marque de supériorité que d'être attaqué par jalousie par des cons. Sur le principe, ça semble parfait, répondre à des basses insultes étant généralement une perte totale de temps et ne faisant que gagner les trolls. Dans les faits, il faut savoir que la haine anti-française que l'on peut trouver à l'étranger n'est pas venue de nulle part, qu'elle a commencé dans sa forme massive lors de la résistance de Jacques Chirac à l'invasion de l'Irak en 2002. Si vous vous rappelez bien, le bon Chichi(qui a réellement eu de la cervelle et du courage) a dit merdouille à Bush qui voulait bombarder l'Irak et les américains ont répondu par cette phrase de la bouche de leur secrétaire d'Etat(ministre des affaires étrangères): nous allons punir la France, ignorer l'Allemagne et pardonner à la Russie, belle démonstration de la couardise américaine et de l'esprit Astérixien de notre terre de cocoricos, quand elle se décide à ouvrir son bec. Pourquoi ignorer l'Allemagne? Parce qu'ils ont déjà plus de 50000 soldats là-bas, qui vont-ils impressionner... Pourquoi pardonner à la Russie? Parce que 15000 têtes nucléaires, TU FERMES TA GUEULE. Et ce cher Vladimir Vladimirovitch Poutine n'est pas exactement le genre à se laisser marcher sur les pieds, la Tchétchénie en fait bonne preuve. Pourquoi punir la France? Un, parce que le lyrique poète de ministères et des cours de justice, DDVillepin, a réussi à se faire applaudir par le monde entier en donnant une bonne leçon de guerre aux américains à l'ONU. Ce qui ne les a pas exactement flattés, eux qui se prennent pour les seigneurs de la Terre supérieurs à tout autre, surtout ces vioques d'européens qui ne comprennent rien au beau monde que les américains nous préparent. Devant l'affront fait par le monde entier, ils décidèrent de s'en prendre au meneur, au plus démonstratif des désobéissants au nouvel ordre mondial: nous. Cocorico. Deux, parce que non seulement il y eut les discours Villepintiens, mais aussi la réunion d'une forte majorité de nations sous la ligne politique française, en gros nous étions en train de montrer au monde que les E-U n'étaient pas leur maître et qu'une alternative était possible. La campagne de propagande qui fut lancée dans les médias américains pour nous répondre gagna le monde entier, et nous devinrent quasiment officiellement des singes trouillards bouffeurs de fromage pour beaucoup. Contrairement à l'idée moyenne que pourrait se faire le français qui ne regarde pas trop ce que disent les étrangers, à l'exception des peuples pas stupides et pas amoureux des américains-japonais, allemands, russes, espagnols rarement-la plupart des pays du monde qui ont un accès total au Réseau ont gardé cette image de nous, celle véhiculée par les médias américains et pro-américains. En Europe de l'Est, chez les anglo-saxons, dans les terres moyennement informées-autrement dit informées par un seul média qui est presque toujours américain-on pense  que la France est une nation de tapettes qui ont des grandes gueules et fuient à l'arrivée d'un quelconque danger.

Mes bobos en question me disaient: laisse faire. Bien. C'est intelligent de laisser faire paraît-il, ça demande moins d'effort et les trolls ne gagnent pas. Mais d'un autre côté, ils gagnent quand même, parce qu'à ne pas répondre à leurs attaques(qui sont quand même ridicules, on doit être le pays le plus agressif et le plus dangereux d'Europe, la terre la plus sanglante du monde), on confirme l'idée générale: les français sont des froussards, des couards, ils se laissent faire quoi qu'on leur dise ou fasse. A campagne de propagande infamante, on répond par campagne de propagande réaliste, surtout que nous contre les américons, c'est nous que la réalité sert. J'ai donc, quelques fois, pris en main de filer quelques fessées aux trolls. Et la réaction fut non pas de voir trois fois plus de trolls débouler, mais d'entendre cette question partout: pourquoi déteste-t-on les français(oui ce sont des américains, ils sont cons. Haïr sans savoir pourquoi, tant que leur télévision et l'idée générale leur dit de haïr, c'est normal pour eux)? En leur collant une opposition, j'ai obtenu plus de résultat-de trolls qui la fermaient-qu'en laissant pisser. Donc cette petite question m'est revenue, même si cette histoire ne l'illustre pas parfaitement:

Depuis quand, dans notre société bienpensante, "gratuitisée" et féminisée, le combat est-il un crime et un échec obligatoire parce qu'il implique un coût? Depuis quand sommes nous plus intelligents à fuir ou ignorer les combats, qu'ils soient rhétoriques(débats) ou physiques(combats), plutôt que de prouver notre supériorité? En quoi gagnons-nous ces combats à fuir? Parce que le combat est le domaine du trop faible de coeur ou d'esprit, qui s'abaisse à concurrencer les autres, par ambition, par haine ou par bêtise, par envie, par ignorance, par mépris de soi qu'il rejette sur les autres? Ou parce que le combat est le domaine ou le supérieur et l'inférieur sont définis, ou il y a lutte, donc coups, douleurs, pertes, puis un gagnant et un perdant? Est-ce parce que la Bienpensance prétend n'autoriser aucun supérieur et inférieur social, moral ou intellectuel, aucune forme de supériorité d'un sur l'autre qu'ils refusent le combat? Est-ce par trouillardise de se prendre une leçon? J'ai déjà mon avis sur la question personnellement. En tout cas, que ce soit face aux étrangers qui nous rabaissent et ne sont pas impressionnés une seconde par notre mutisme ou par ceux qui dans nos rues, sur notre terre, entre français s'insultent, le combat n'est pas le domaine de l'idiot ou du haineux, c'est le domaine du vainqueur et du perdant, choses que la Bienpensance et ses disciples ne peut tolérer. Tiens en finissant d'écrire ça je tombe sur ça. Non messieurs, il n'est pas mort pour 500€, il est mort pour n'avoir pas été assez fort pour vaincre son ennemi. C'est comme ça que le monde avance.

 

Et ces mêmes bobos, en bons soldats de la Bienpensance qu'ils sont, m'ont également expliqué que les racailles, enfants d'immigrés venus pour travailler(dans une période de chômage), étaient non pas des racailles, mais des "victimes collatérales de la politique d'immigration décidée par le gouvernement à la demande du Medef et doublement pardonnables de leur attitude car ils ont été amenés par le patronat mais trahis puisqu'il ne veut pas leur donner de travail et les français(sans doute par racisme ils n'ont pas précisé)ne veulent pas d'eux". Je m'écrase par terre, ouvre de grands yeux, relis, vois que c'est la même chose et me réécrase par terre avant de me dire ça: COMMENT PEUVENT-ILS TROUVER DES EXCUSES A CE POINT? Si on suit leur logique, les racailles sont les victimes du méchant Medef et des méchants français, mais qui les empêche de ne pas tomber dans le "piège", qui les empêche de repartir au Maghreb ou en Afrique(les racailles françaises de souche existent mais elles sont loin d'être la majorité)? Personne. Simplement ils n'ont aucune intention de repartir: ils aiment la France. Elle est riche. Elle a plein de crétins pacifistes prêts à se faire vider les poches dès qu'on sort un couteau. Elle a plein de ressources. En revanche, ils détestent ces sales français qui appellent la police dès qu'il le peuvent et ne veulent pas les laisser agir comme ils l'entendent. Ces sales électeurs du FN aussi. Mais ce n'est pas la question...

Dans la Bienpensance apparemment, la responsabilité individuelle n'existe pas. Surprenant de lire ça chez un sociologue? Mais même si chaque être est une production de la société donc la société est responsable de ce qu'il est, ce n'est pas pour autant qu'il n'est pas le seul capable de se sortir d'une mauvaise passe. Ce n'est pas la société, si elle est défaillante surtout, qui le sauvera. Les individus se sauvent eux-mêmes, se sortent eux-mêmes de leur merde, cela s'appelle l'individualisme. C'est cette possibilté humaine qui nous différencie des autres animaux, celle de réfléchir et de comprendre seuls pourquoi et comment s'en sortir. C'est notre capacité en tant qu'individus qui nous permet de changer, d'évoluer, d'apprendre, et de grandir, et de servir la société aussi. C'est l'individualisme qui fait avancer la société, avant toute autre chose. Si les sociétés européennes ont d'ailleurs plus évolué que les sociétés africaines ou arabes, c'est d'ailleurs parce que se permettre d'avoir des pensées originales ou contradictoires est plus accepté ici que là-bas, entre autres(enfin était plus accepté). Je dois abréger, j'ai un gros virus sur mon ordi. Mais simplement ceci, en invoquant des raisons sociales à chaque problème et en récusant la responsabilité personnelle, on ne fait que laisser pourrir les problèmes, et les racailles qui ne font qu'empirer en sont peut-être le meilleur exemple.

Louis D. Tisserand

Commenter cet article