Je prends les paris

Publié le par LDT

Voyez citoyens, la magnanimité des gens honnêtes de ce pays, même ceux qui ont subi des choses terribles, comme ils ne cèdent pas à la haine ou à l'appel à la vindicte, comme ils sont justes et bons, comme leur âme ne s'entache d'aucune haine!

Voyez!:

http://www.ledauphine.com/agression-d-un-jeune-homme-a-grenoble-pour-la-premiere-fois-sa-famille-s-exprime-nous-voulons-proteger-les-victimes--@/index.jspz?article=289293

Hallucinant n'est-ce pas?

Imaginez la scène: votre neveu, frère ou ami a été agressé par des macaques à quinze contre un pour n'avoir pas offert à sa seigneurerie la racaille bourrée la cigarette qu'elle demandait, pardon, exigeait sous peine de lynchage.

Et votre réaction est: ne haïssons pas, c'est dû(selon l'intertitre surtout) aux inégalités sociales et économiques, et c'est une agression antisociale et gratuite. Notez bien le rapport entre antisocial, gratuit, et dû aux inégalités sociales, très logiques dans la façon dans laquelle le journaliste l'a écrite.

Bon. De deux choses l'une. Soit en un, cet oncle est dérangé, dans le plus pur sens du mot-ah oui, quand votre neveu est lynché et que votre priorité est de demander de ne pas haïr(donc de ne pas réagir, puisqu'une réaction orale impliquerait forcément un certain niveau de haine ou au moins de mépris), il y a un problème, et c'est plutôt à un appel à la punition ou à la sécurisation de la ville qu'on s'attendrait en priorité-, soit en deux, cet oncle va très bien, ses demandes sont avant tout de laisser la police faire son travail et de laisser les victimes témoigner en paix, plutôt que de les harceler de questions, il précise que les témoins sont apeurés d'aller au commissariat à cause des éventuelles représailles et qu'il remercie les services publics. Et si ses réponses semblent si...étranges pour un homme dans sa situation, c'est tout simplement parce que le pisse-copie qui l'a questionné a arrangé la vérité comme il voulait la décrire.

 

Les déclarations de l'oncle de Martin X, agressé:

Nous sommes une famille très unie, et ce que nous voulons avant tout, c'est protéger les victimes de cette agression. Tant mon neveu qui est hospitalisé que son amie et ses proches qui en ont été témoins... C'est un traumatisme terrible et ce n'est pas la peine que les médias en rajoutent. Il faut les laisser tranquilles.

Outre l'agression, ils sont sous pression depuis les faits. Ils ont dû à plusieurs reprises aller reconnaître des suspects à l'hôtel de police pour aider les enquêteurs et ils ont très peur d'être victimes de représailles.

Nous voulons aussi dire que nous refusons toute tentative de récupération de cette agression par quelque mouvement politique que ce soit. Nous ne sommes pas dans la haine.... Pour nous, cette explosion de violence est une conséquence des inégalités et des injustices de notre société. Ce n'est pas la peine d'aller viser, untel ou untel. Des explosions de violence de ce genre, il y en aura malheureusement d'autres.

 Sans la présence d'un sapeur-pompier volontaire par hasard sur les lieux qui a prodigué les premiers secours à Martin, l'issue aurait pu être tragique. De même, sans la présence d'esprit des premiers pompiers arrivés sur place, qui l'ont retourné, la blessure au poumon n'aurait peut-être pas été vue à temps. Enfin, il faut saluer les personnels du centre hospitalier de Grenoble. La qualité de leurs protocoles, de leur matériel et leur professionnalisme lui ont sauvé la vie. C'est la preuve que l'hôpital public, ça fonctionne, et bien...

Le préfet aussi a été très présent pour nous et nous a soutenus. Quant aux policiers, ils ont fourni beaucoup d'efforts dans leur enquête pour parvenir à identifier et interpeller les suspects.

D'une certaine manière, c'est la preuve que face à cette agression, qui était totalement gratuite et antisociale, les institutions de la société ont bien fonctionné et c'est un point positif que nous voulons souligner.-----------------

Ca me semble être un discours complet et bien préparé pour expliquer sa position, ce qu'il attend de la presse, sa version des faits et autres remerciements à donner. Les mots d'un oncle normal.

 

J'ai mis en rouge une partie. Mais ce qui n'est que cette partie s'accorde très bien avec l'intertitre et le pré-texte écrit par le jounaleux:

Il serait facile, au lendemain de l'agression d'un proche de verser dans la haine, la rancœur. Ce n'est pourtant pas du tout le cas de la famille du jeune cartographe de 24 ans, originaire de Haute-Savoie,  agressé vendredi soir dernier place Grenette à Grenoble, comme nous l'a précisé mercredi un oncle de la victime.

"Une explosion de violence liée aux inégalités de notre société"

Ou, en d'autres termes, LE PLUS IMPORTANT DU PAPELARD CRASSEUX L'INTERTITRE consiste en un message: il devrait haïr, mais ne le fait pas, et si ceci est arrivé c'est dû uniquement aux inégalités sociales.

Comment peut-on passer des déclarations complètes de l'oncle, dont le point le plus important informativement parlant, est sans conteste les craintes de représailles étant donné que reconnaître ces craintes c'est admettre que les racailles ont le bras long et que la police ne peut pas vraiment les protéger? Par le texte en rouge.


Maintenant posez-vous une question de curieux: quelle question a bien pu être posée par le gratte-papier malhonnête pour qu'il obtienne cette caution d'absolution mélodramatique que l'oncle donne?

Ne craignez-vous pas une récupération politique?- En d'autres termes, les politiciens vont en parler en mal(récupération, synonyme de vol dans le langage journaleux), ne voulez-vous pas empêcher cela?

Et le bon oncle répond ce qui lui semble normal: mon neveu ne servira pas de pantin aux partis...

Mais en répondant ceci, il donne la caution recherchée par le pisse-copie pour centrer le plus gros du papier sur son message double: ceci est haïssable, n'haïssez pas, lui a la bonté de ne pas le faire car c'est un gentil, et quiconque haïrait ceci serait un méchant. Et si des partis politiques essayent de reprendre cet agissement(qu'il appelera, je le parierais aussi, un 'accident'), c'est mal car cela va à l'encontre de la volonté de la famille.

Quid des racailles, de la violence, des représailles, du 15 contre 1, des remerciements à un service public sur lequel on ne crache pas qu'un peu(faut payer ses impôts à cause d'eux...)? Niet! Ne haïssez pas. Quid de la justice due et de la sécurité recherchée par les grenoblois? Niet! Ne haïssez pas.

Voilà un magnifique exemple de manipulation médiatique, où l'on évacue l'important pour ne garder qu'une chose, qui passera dans l'intertitre et si possible dans le titre: la Bienpensance. Ne haïssez pas, ne dites pas de mal, ne dites rien même sinon c'est de la récupération, et acceptez ce fait: ceci n'est qu'une mésaventure, un accident dû aux inégalités sociales.

Politiciens, tous pourris? Non, politiciens, tous obéissants: JOURNALISTES, TOUS POURRIS!(à quelques exceptions près, comme Marianne par exemple ou des pages de journaux de droite où l'on peut encore trouver un peu de réalité non intoxiquée par la Sainte Bienpensance).

Et pour mon pari: je prends n'importe qui qui viendrait me prétendre que l'oncle a dit le texte rouge spontanément.

 

Désolé pour les petites erreurs et bouts, je ne sais pas trop comment les enlever:-/ Repondez-moi dans les commentaires si vous avez des questions ou des critiques!

Commenter cet article

sullilaeti 16/04/2010 06:15


Salut, je passage souhaiter un bon vendredi, ce soir c'est le week-end.

Bonne journée


LDT 16/04/2010 14:06



Merci mais j'écris tous les jours. On apprend en s'entraînant, dans l'écriture comme dans tout. Ce soir en principe s'il ne se passe rien de trop important aujourd'hui, je passer sur Jean-Luc
Mélenchon, le traître à la bienpensance.