La diversité culturelle n'est pas une maladie.

Publié le par LDT

C'est juste une utopie.

Depuis quelques décennies qu'on demande plus de "diversité" dans les médias, on(les Bienpensants) se surprend chaque semaine presque que la diversité n'avance pas, que l'on ne voit pas plus d'arabes, de noirs ou de musulmans à la télévision, que la société française refuse d'accepter les voiles islamiques dans les bâtiments publics, et qu'elle veut aujourd'hui interdire la bourka. On s'étonne que les choses n'avancent pas et on demande pourquoi ça ne va pas plus vite, ce à quoi les antiracistes sont bien sûr là pour répondre "c'est parce que les français sont racistes, tous racistes". "Tous" signifiant les blancs évidemment, les noirs et les arabes ne sont JAMAIS coupables de racisme, même quand ils traitent un blanc de "sale français" ce n'est qu'à cause du racisme que le blanc leur a infligé. Tout est de la faute des blancs car même les fautes de noirs ou des arabes sont là à cause des blancs. Si les banlieusards noirs et arabes sont violents et agressifs c'est parce qu'ils n'ont pas de travail à cause des blancs, si les musulmanes sont mal vues avec leurs voiles c'est à cause des blancs, et si un des jours l'antisémitisme n'est pas assez bien combattu ça sera aussi sûrement à cause des blancs qui voudront défendre les noirs et les arabes(vu que c'est le schéma de combat dans lequel nous jettent les Dieudonnés et autres), bref, blancs, vous perdez sur tous les plans.

Ce pourquoi il n'y a pas plus de noirs et d'arabes dans les médias, ce pourquoi on va interdire la bourka et qu'on a puni le port du voile dans les lieux publics, c'est très simple. Une société est composée de trois formes d'organisation: la hiérarchie, l'économie, et la culture. La troisième est la plus importante. Les deux autres sont indispensables mais c'est la culture qui permet les deux autres, sans quoi il n'y a ni hiérarchie ni économie. La culture c'est l'ensemble des connaissances disponibles au public, dès que quelqu'un invente quelque chose et le donne à d'autres cela devient de la culture. Eventuellement pour qu'une société se porte bien, il faut qu'elle ait le plus des trois, un système économique qui satisfait les besoins de tous, une hiérarchie qui ne brime personne et ne manque d'autorité sur personne, et une culture la plus vaste, la plus profonde et partagée par tous.

Le cas des arabes et des noirs que l'on arrive pas à faire rentrer dans la société est un exemple parfait: ce n'est pas la couleur de peau qui fait le rejet. C'est la culture différente qui le fait, différentes formes de politesse, différente vision des choses, différentes opinions, différents besoins, bref des gens tout simplement différents, qui ne seront pas capables de se mettre d'accord avec d'autres déjà en place. Le rejet commence là, les français qui ont construit ce pays en tant que nation chrétienne de culture gréco-latine ne voudront jamais, pour prendre l'exemple le plus visible(mais ça serait vrai même avec des chinois confucéens), d'une culture arabo-musulmane qui s'installe à côté d'eux. Ils n'accepteront pas les différences car personne ne peut les accepter c'est humain, soit on s'entend avec l'autre soit on ne s'entend pas, et ce qui permet de s'entendre c'est une culture commune, et la plus profonde possible. Un algérien et un français ne pourront jamais être mis côte à côte et s'entendre. C'est tout aussi vrai avec des français et des marocains, maliens, sudafricains, indiens, japonais, américains et autres; Pour s'entendre avec les français en France, il faut se franciser. On revient encore et toujours au devoir d'assimilation qui ne peut être évité, sous peine d'être rejeté de la société française. Même les immigrés qui se sont francisés ont du mal à grimper les échelons, et cela pour une raison très simple: leurs familles ont immigrés récemment et sont d'une culture très différente de la nôtre, et si les espagnols, italiens et portugais immigrés n'avaient pas posé autant de problème c'est parce que leur culture n'était pas si éloignée de la nôtre. Un preuve simple et claire de ceci, c'est que ce sont avant tout des noirs français depuis longtemps, venus des Antilles et autres îles françaises qui sont visibles dans les médias, tandis que les immigrés africains sont plutôt en retrait, tout simplement parce que ces noirs-là n'ont pas à se franciser. Un autre bon exemple est la bourka que Sarkozy veut interdire, ce qui sera parfaitement inutile puisqu'il faut expulser immédiatement quiconque la porte et sa famille avec si c'est nécéssaire! Sans menace de l'état pour les étrangers qui ne veulent pas s'assimiler ou tout du moins montrer leur bonne volonté à devenir des bons français, tous ceux qui rentreront ici se diront qu'ils peuvent faire comme dans leur nation d'origine, ce qui détruira à petit feu la société française et la détruit déjà en grignotant jour après jour sa culture.

Interdire la bourka, ce n'est pas un principe républicain, ce n'est pas dans la constitution, ce n'est pas un devoir citoyen que de ne pas s'habiller d'un gros drap noir sous lequel on ne voit rien. C'est un principe culturel, donc non-écrit, mais quand même inacceptable pour des français qui ont connu la chrétienté, où l'on cachait un peu les femmes mais où l'on ne leur demandait pas de disparaître, et qui ont connu le féminisme, ou la femme est censée pouvoir se dévoiler(dans tous les sens du terme) et s'exprimer à l'égal d'un homme(ce qui est largement critiquable aussi d'ailleurs). La bourka ne sera jamais acceptée dans une France qui a connu ces deux choses-là, et il faudra les détruire toutes les deux pour qu'elle soit acceptée. Eh oui, quand une culture est en conflit avec une autre, il faut que les partisans de la première combattent les partisans de la seconde par la hiérarchie sociale(donc par la loi qui fait partie du système hiérarchique), et que le camp le plus puissant gagne. Ici le camp le plus puissant c'est bien entendu celui des français(blancs en écrasante majorité). Mais si jamais ce camp se met à combattre, comme il le veut et le doit, la culture avec laquelle il est en conflit, il est certain d'être arrêté net par nos toujours présents antiracistes. Si tant de jeunes porteuses de bourka sont d'ailleurs des jeunes filles françaises de souche, c'est parce que la culture théoriquement dominante, celle de la chrétienté gréco-latine, européenne et française a été interdite par la sous-culture américaine qui ne s'encombre pas de choses si complexes et peu lucratives, et par la culture arabo-musulmane que les antiracistes ont interdit d'attaquer en faisant cette culture de l'acceptation de tout ce que les étrangers apportaient. Les jeunes qui ne savent pas trop quoi faire dans ce maelström de cultures se tournent vers les sirènes qui sonnent le plus fort, étant donné qu'ils n'ont pas l'âge et l'expérience(ou la culture!!) qui leur permettrait de faire la part des choses. La France demandait autrefois à ses immigrés de se franciser, aujourd'hui les antiracistes ont interdit cela pour  permettre aux français de s'arabiser et de s'américaniser sans retenue(l'américanisation n'est pas de la faute des antiracistes mais l'interdiction d'obliger les français à être des français qui ouvre la porte à l'américanisation totale, si). C'est pour cela que le beauf, éternel épouvantail des Bienpensants qui semble incapable de comprendre combien l'arabisation sera bonne pour lui, combien ce beauf, simplement français, a dû être dépeint par les antiracistes comme un crétin inculte, robotique, débile et minable, tandis que le bobo ou le pro-diversité, qui s'intéréssait à l'islam, à la culture arabe et à la différence lui était novateur, intelligent et ouvert.

Le beauf français doit disparaître pour que l'ex-français arabisé puisse vivre en paix dans la France nouvelle, qu'on pourrait presque appeler nouveau-Maghreb. Sauf que ça coince. Les beaufs sont nombreux, forcément ils forment l'ensemble du corps des français "normaux", et certains ne veulent pas baisser le pantalon trop vite. Sarkozy a compris cela, et il veut essayer de capitaliser sur les beaufs pour se faire réélire. Ca ne suffira pas mais au moins ca donne l'impression que la France a encore le droit, par un membre haut placé de sa hiérarchie sociale, de refuser l'arabisation et l'américanisation(le membre suprême de la hiérarchie sociale française c'est la commission Européenne).

Commenter cet article