La domination sociale est toujours une nécéssité absolue

Publié le par LDT

Ca peut sembler évident au premier abord, mais se battre et vaincre son ennemi ne fait pas forcément déposer les armes. C'est parce qu'une fois qu'une idéologie est mise en place dans la tête de quelqu'un, elle ne meurt que quand elle n'a plus aucune raison d'être, et que les combats auxquels elle appelle ont tous été gagnés. Tant qu'il reste ne serait-ce qu'un capitaliste dans le monde, les communistes garderont les armes à la main. Tant qu'il reste un seul royaliste dans ce monde, les républicains garderont les armes à la main(même s'ils ne s'en servent pas, Dieu merci). Et tant qu'il restera des hétérosexuels qui préfèrent leur hétérosexualité à l'homosexualité, les militants homosexuels continueront à se battre contre la domination hétéro.

Pour prendre le dernier exemple en date, des homosexuels sont allés démontrer leur bel amour d'eux-mêmes et leur beau mépris des autres devant la cathédrale Saint-Jean à Lyon, au nom du combat "contre l'homophobie"® et pour la "liberté de s'aimer"©. Ce genre de démonstration qui sert le combat des homosexuels contre les hétérosexuels n'a bien entendu que de bonnes intentions pour chacun: lisez ces beaux mots de la presse "des militants homos contre des catholiques ultras", on voit tout de suite qui est le méchant de l'histoire! On comprend qui est le pauvre opprimé qui ne peut pas venir tranquillement attaquer la chrétienté devant sa porte et qui est le vil réactionnaire qui ne laisse pas ses pieds se faire écraser par les Opprimés®.

Les homos d'aujourd'hui perpétuent le combat de leurs prédécesseurs qui avaient décidé de faire sortir l'homosexualité du placard en la faisant combattre l'hétérosexualité. Pas en combat physique ou politique, mais en combat de légitimité. Une idéologie ne peut coexister avec ses opposantes, elle doit dominer ou être dominée. Ce que les homos ont fait il y a vingt ans et plus, avec les "Fiertés Gay", avec les combats contre l'homophobie qui étaient en réalité des combats contre la domination hétérosexuelle, c'était faire passer l'homosexualité de paraphilie honteuse à paraphilie acceptée. Comme les gens sont ainsi faits qu'ils ne se contentent que du mieux possible, les homos poussèrent leur combat jusqu'à passer à "sexualité normale", puis à comdamner la "domination hétérosexuelle", puis à la criminaliser, puis à essayer de faire passer l'homosexualité pour meilleure...etc. Eventuellement, comme dans tout combat pour le Bien dans notre société française moderne, il s'agit pour les homosexuels de trouver le Mal, les méchants, les mauvais, les démons qui empêchaient le Bien de régner. Tout d'abord ce furent les hommes, les mâles, premiers prêts à défendre leur virilité quand on prétend la faire manquer. Puis les hommes, poussés par les pressions des homos, cédèrent. Les publicités durent devenir plus homo-compatibles et moins hétéro-compatibles, les rues et la culture durent se vider de l'hétérosexualité apparente et accepter l'homosexualité apparente. Puis ils durent donner plus de "gages" de leur respect de l'homosexualité en laissant plus de place aux homos partout...et ainsi de suite. Après plusieurs années d'évolution vers la domination homosexuelle, il ne restait plus grand-chose à vaincre dans la société française. Les ennemis "normaux" vaincus, les homos se tournèrent vers les religieux, car eux les premiers dictent les moeurs sexuelles et sont doctrinalement obligés de s'opposer à la légitimation d'une homosexualité qui ne produit pas d'enfants.

Domination d'un camp ou de l'autre

Une fois l'ennemi disparu du champ de bataille, les associations homosexuelles auraient dû disparaître. Mais le PCF l'a bien prouvé, quand il y a un attachement, même seulement sentimental, à une organisation on ne la laisse pas mourir une fois qu'elle a perdu sa raison de vivre, et avec le devoir de faire vaincre leur idéologie jusqu'au bout enchaîne les hommes à leur combat. Les homos n'échappant pas à la règle, ils continuèrent et continueront jusqu'à ce que chaque hétérosexuel de France admette que l'homosexualité est supérieure et doit dominer. Mais faire accepter cela à tous les hétérosexuels c'est du domaine de l'impossible, donc les homos ne gagneront jamais. C'est l'un des grands outils de la Bienpensance, le combat toujours perdu, entre le faible à qui l'on donne de l'influence mais ne peut gagner et le fort qu'on agresse mais qui ne peut être vaincu. Cette méthode de division des forces permet d'empêcher qu'aucun domine, et d'influencer comme on le veut le pouvoir tant que personne d'autre ne peut faire de même. C'est tout un art, empêcher les influences de devenir trop grandes et de menacer le pouvoir en place pour pouvoir agir sur ce pouvoir.

Dans le cas français actuel, l'église est donc trop faible médiatiquement pour s'opposer à l'homosexualité, voyez la simple réaction que l'on entend quand un homme d'église attaque l'homosexualité. Et puisque l'église n'attaquera pas les homos, ce sont les homos qui iront attaquer l'église de manière détournée. Pour pouvoir continuer à passer pour les bons de ce combat, ils ne peuvent pas dire ouvertement qu'ils veulent que l'église et la morale chrétienne doivent disparaître, ça fait tache, de demander la mort des autres selon l'idéologie du Bien. Plutôt que d'attaquer franchement la chrétienté, ils vont à la sortie d'églises et de cathédrales provoquer ouvertement les cathos pour qu'un conflit se déclenche et les accuser d'avoir voulu les empêcher de les provoquer, ce qui en langage journalistique donne:

"Je ne vois pas en quoi c'est choquant de s'embrasser sur une place publique ! Et nous recommencerons l'an prochain, surtout si le cardinal Barbarin ne condamne pas les gestes que l'on a vus en face."(Chef des homos)

"gendarmes mobiles et CRS leur barrent l'accès au site pour éviter l'affrontement avec la centaine de jeunes catholiques ultras et de militants proches de l'extrême droite qui ont pris place sur le parvis"(Jugement du journaliste)

En plus clair, des salauds dans le camp de ceux qui sont restés chez eux sans bouger et des pauvres victimes de "gestes condamnables" qui sont venus provoquer leurs ennemis en face sur leur place qui apparement n'est qu'"une place publique". Mon oeil. S'il s'agissait de prendre une place publique, il n'y aurait eu besoin que d'en prendre une où ils n'étaient pas certains de trouver leurs ennemis, mais ils ont déjà fait battre en retraite leurs ennemis de partout.

Un dernier détail dans ce duel moeurs chrétiennes hétérosexuelles/moeurs homosexuelle, savez-vous pourquoi les homos ne vont pas faire la même chose à la mosquée ou à la synagogue? C'est très simple: quand vous attaquez des catholiques, la plupart se mettent à genoux et chantent Ave Maria. Les musulmans ou les juifs? Je serais très étonné de voir une manifestation se passer aussi calmement...

Louis D. Tisserand

Commenter cet article

genevieve.hebert 22/05/2010 17:31


merci ! tout est dit .. au plaisir de vous lire !