La rigueur tu avaleras

Publié le par LDT

Et sans sauce pour la faire passer.

Ce soir une petite leçon d'économie de la part d'un petit économiste débutant, qui est quand même fichu d'expliquer en quoi ce Commandement de l'Economie Libérale est l'exemple même de la fausseté de ce type d'économie.

Par essence, l'économie n'est pas une richesse, mais un moyen de faire circuler la richesse, et une économie forte est une économie qui peut faire circuler à grande vitesse la richesse et qui ne risque pas de perdre de l'argent et de défaillir. Le but de tout acteur économique est de servir la rapidité de circulation de l'argent, par tous les moyens possibles et stables. La rigueur, en ce sens, est une aberration libérale qui depuis le premier jour prouve que laisser aux entreprises tout le pouvoir économique est certain de mener à la perte une économie quelle qu'elle soit. Dans un système économique capitaliste, dans le sens premier du mot, le but de l'entreprise est de se faire le plus d'argent possible sur le dos de ses clients et sur le dos de ses employés pour renforcer son capital. Une telle machine à produire du capital, l'entreprise, est sûre d'affaiblir l'économie car elle a pour devoir de garder le plus d'argent possible, quitte à faire ruiner ses salariés ou potentiels acheteurs. C'est pourquoi l'état depuis des années, perçoit des impôts sur les entreprises et éventuellement, du temps où le modèle économique français vivait, lançait de temps à autre des grands projets qui faisaient travailler les entreprises, qui payées par l'état pour leur travail allaient le rembourser à travers les impôts. Ce cercle de la dépense état-entreprises-état permettait de faire tourner l'économie, retirait de l'argent des entreprises qui en échange obtenaient du travail, et arrivait à faire marcher grosso modo un secteur de l'économie qui tirait les autres, l'automobile, l'armement, le bâtiment ou autre étant le genre de secteur qui faisaient tourner plusieurs autres(matières premières, machines-outils, restauration et autres).

Eventuellement, il fut décidé par les économistes libéraux qu'ouvrir le marché français à l'étranger serait une bonne chose. Avec cette ouverture, les français pouvaient acheter des produits en Chine ou ailleurs pour beaucoup moins cher que s'ils étaient produits en France. Les gains substantiels allaient relancer le pouvoir d'achat. Il y eut juste un détail que nos génies libéraux omirent, c'est qu'en nous ouvrant pour faire acheter à l'étranger, le cercle étatique ne valait plus rien, étant donné que l'argent partait surtout dans les poches des entreprises chinoises qui n'achetaient rien en France. L'argent des entreprises allait le plus possible dans des mains étrangères qui travaillaient pour moins cher et les salaires des employés français partaient également le plus possible au moins cher, donc à l'étranger.

Les entreprises françaises ne pouvant plus obtenir de relance du marché par l'état, elles ont commencé à dépérir et à délocaliser pour faire travailler à moins de frais, et l'immigration massive qu'on a subi pour "sauver" le marché français en abaissant les salaires n'a pas suffi à ramener les entreprises ici. Autrement dit les libéraux ont fait massacrer l'économie française au nom de leur tentative de faire acheter à moins cher.

Maintenant la rigueur, qu'est-ce que c'est? Quand un état voit qu'il ne faut plus rien dépenser car l'argent part ailleurs, il décide de dépenser le moins possible, c'est ça la rigueur. C'est ce qu'a du faire Mittrand en 1983. Dans notre cas on est à une rigueur des salaires, il faut geler les salaires alors que l'inflation est là, ce qui baissera le pouvoir d'achat des employés de l'état. Quand un état ne peut plus faire vivre son économie, que fait-il? Il la suicide en la ralentissant le plus possible pour essayer de remettre à plus loin sa banqueroute, c'est cela la rigueur. Ca permet de rassurer les banques qui prêtent à l'état et de ne pas se faire allumer par les libéraux qui se plaignent que l'état dépense au lieu de laisser les entreprises s'arranger seules. Ici, Fillon veut retarder la banqueroute de la France, c'est louable mais monsieur le je-crois-Premier Ministre(on n'en est pas sûr vu qu'il ne fait jamais rien, à part prendre les casseroles à la place de Sarkozy le fuyard), plutôt que de ralentir notre destruction totale, pourquoi ne pas essayer de relancer l'économie, et pour cela faire un protectionnisme national, ou au pire européen, ce qui calmerait les problèmes de l'euro et nous garderait tout de même beaucoup d'argent, tout en resserrant les liens entre les membres de l'Union.

Mais non, que je suis bête. C'est vrai que le protectionnisme, c'est la guerre, et que la Bienpensance, c'est un devoir, pas un pouvoir.

Louis D. Tisserand

Commenter cet article