Pour les amis de racailles compulsifs

Publié le par LDT

Beaucoup, malgré tout ce que l'on peut voir des racailles, persistent à les défendre. Au nom de la paix sociale, au nom de la Tolérance(®antiracistes), au nom de leur amitiés personnelles, au nom de l'idée qu'il faut améliorer les relations entre la France et la banlieue pour éviter une guerre civile ou pour les plus borgnes, "une stigmatisation croissante des banlieusards"(borgnes et pas aveugles car ils savent très bien se plaindre de l'état). Dans l'ensemble, ces gens ont une très noble et très stupide vision des racailles, de la banlieue et des problèmes qu'elles causent à la France en général. A ceux-là, il ne s'agit pas seulement de dire la vérité sur les racailles, entre autres que les racailles ne s'amélioreront pas puisqu'elles considèrent n'avoir rien à se reprocher et que pour elles tout problème est la faute des autres(et qu'elles sont de toute manière bien trop débiles pour s'améliorer), il s'agit surtout de leur faire comprendre le principe d'unité sociale, celui qui fait la xénophobie.

Prenez cet exemple tout d'abord. Un flic a été tabassé par vengeance par trois racailles. Maintenant, ce sont les policiers qui sont en danger d'être punis par les racailles, plus l'inverse! Si on en arrive là, c'est parce qu'avant même d'arriver à la situation actuelle où les racailles sont trop nombreuses pour que les flics s'en occupent, elles étaient déjà dans une logique de guerre avec la police. Les racailles ne considèrent pas les flics comme "des gens qui font leur boulot" et elles-mêmes comme "des parasites". Elles se considèrent comme des "mecs normaux" et les flics comme "des enculés". Selon leur société banlieusarde, les racailles sont la norme après tout. Il y a des différences fondamentales entre la société française et la banlieusarde, et ce sont ces différences qui nous mènent à la guerre civile. Les flics et les racailles sont deux groupes armés et violents(chacun à leur niveau) qui cherchent à imposer leur règles, leur lois et leurs valeurs partout. C'est une guerre, à petite échelle et qui tient plus de la guérilla mais c'est tout de même une guerre.

Cet exemple illustre parfaitement le fonctionnement d'une société: il faut un ordre social, des lois pour le faire tenir, une autorité et une hiérarchie, et le reste la société le produit d'elle-même. Dans la France de 2010, il y a la société française et la société banlieusarde qui s'affrontent à petite échelle, et s'affronteront de plus en plus violemment avec le nombre de racailles qui grandit. Ceux qui se passionent pour la défense des racailles doivent bien comprendre cette chose: il s'agit pour faire la paix avec la banlieue de soit placer les racailles dans la société française, ce qui ne marchera pas parce qu'ils passeront de roitelets de quartiers à sous-merde inculte agressive et détestée, soit de laisser la banlieue entrer en autonomie pour de bon en abandonnant ouvertement les territoires pourris de racailles(banlieues chaudes, retirer les mairies et les commissariats...), avec les islamistes qui prendront le pouvoir politico-religieux, les racailles qui serviront de "sécurité" mafieuse et les gens qui souffriront, tout simplement souffriront. Soit on abandonne les banlieues et on reconnaît la république islamique dedans(et on met des frontières avec douane), soit on essaye, et on échouera c'est sûr, d'assimiler les racailles. Mais il n'y a pas de troisième solution.

Il n'y a pas "d'accord" à trouver avec les racailles, il n'y a pas de "traitement spécial" qu'on peut leur faire. Les gens les détestent parce qu'ils le méritent, pas à cause des médias ou des politiciens. Il n'y a pas de comportement pacifique à avoir envers des gens qui nous ont déjà quasi-ouvertement déclaré la guerre. Les racailles ne demandent pas à ce que les flics les laissent voler, ils ne demandent pas à ce qu'on leur donne plus d'argent, ils ne demandent pas à vivre dans de meilleurs quartiers pour pouvoir tout encore mieux saloper de tags et de choses jetées par terre. Les racailles demandent plus d'argent, de meilleurs quartiers pour pouvoir saloper ET que les flics s'en aillent pour qu'ils puissent voler. Et les quelques racailles qui ne volent pas laissent faire voire encouragent celles qui volent, donc il n'y a pas à faire d'accord amical avec elles. Il n'y a pas de traitement spécial à faire. La France ne vivra pas avec les racailles, ce sont les racailles et leur ordre ou la France et son ordre qui survivront, après s'être débarrassé de l'autre. Les traitements spéciaux et la "compréhension" envers les racailles ne fait que les confirmer dans leur idée qu'ils ont raison de taper les flics et de haïr les français.

Le fascisme, avec ces flics tabassés, commence à sentir de plus en plus fort. Et je le répète, si le gouvernement n'agit pas, quand les citoyens combattront ce gouvernement de traîtres à leur mission, les flics, et sans doute l'armée, nous rejoindront. Il n'y a pas de doute à avoir sur la question.

Louis D. Tisserand

Commenter cet article