Tout va sauter

Publié le par LDT

Comme dans une réaction en chaîne, ce qui sautera le premier sera le moteur. Le moteur d'une société, en tout cas le plus puissant moteur de notre société actuelle, c'est l'économie, et il va encore sauter, peut-être pour ne pas du tout redémarrer cette fois. Il faudra un nouveau moteur. Puis ce sera la société tombée en panne qui explosera, de surchauffe cette fois. La mécanique sociale n'est pas très capricieuse mais elle a le fâcheux besoin d'être toujours huilée, graissée et réparée ici et là. La mécanique c'est la société, l'huile c'est l'argent, la graisse c'est la réussite sociale et les réparations sont les lois et décrets issus de la politique. Le moteur qui verse l'huile va nous lâcher et tout va péter.

Dans notre impérieux besoin de retrouver de l'huile au plus vite, il nous faudra en prendre là ou il y en a. La finance explosant comme le ballon d'air chaud qu'elle est, il n'y a aucune chance que l'on en récupère de l'argent. Il restera les banques pas trop plombées par les mauvais crédits(ce qui en fait peu), les particuliers, les entreprises situées en France qui ne sont pas en grave déficit, les quelques richesses françaises et les forces économiques de l'état...en gros tout ce qui n'est pas entré dans le jeu financier et qui survivra au maelström.

Il ne reste qu'à attendre.

Division territoriale ou renouveau national

Une fois encore, nous en revenons à la simple question pour laquelle les Bienpensants font tout pour éviter de l'entendre: comment allons-nous, en tant que France, en tant que territoire conquis et tenu par un état, survivre à cela? Il y a toutes les chances, vu l'urbanisme actuel et la division entre quartiers riches et pauvres, remplis d'immigrés ou vides d'eux, riches par la finance, par l'agriculture, par l'industrie ou par la bureaucratie et les services, que l'on s'achemine très rapidement vers une "quartiérisation" de la France, ou chaque quartier, ou zone, chaque ville si les politiciens-mafieux sont assez doués pour tenir une ville entière, tenteront de récupérer une part de l'ex-richesse nationale en se forgeant une seigneurerie locale, avec les habitants pour gardiens, les entreprises et entrepreuneurs de la ville aidés par les petits seigneurs, caïds des cités ou caïds des Levallois-Perret, une petite seigneurerie locale qui rappellera très bien le temps d'avant Louis XIV. Sauf que là tous les seigneurs iront quand même à Versailles, qui se situe aujourd'hui au Palais Bourbon, pour demander des aides, des subventions, pour la commune, pour les travaux, pour les pauvres...La corruption ira rampante, comme c'est toujours le cas quand presque personne n'a d'argent et que tout le monde en veut.

Pour éviter ce genre de découpage en petits territoires nationaux, il n'y a encore que deux solutions, relancer l'économie par une volonté étatique, autrement dit avoir une politique économie réelle(ce qui exigera de faire un protectionnisme, de quitter l'Euro, de relancer l'économie nationale...tout ce que la Bienpensance interdit!), ou bien se préparer à renforcer très fortement le pouvoir de l'état sur l'économie en renationalisant à tour de bras. Choix qui est sûr de nous mener à un contrôle quasi-total de l'état sur l'économie, au fascisme...

Encore une fois ce sont nos deux choix, l'intelligent qui exige de dire merde à beaucoup de cons malheureusement arrivés aux pouvoirs ou le stupide qui exigera de la violence et de la casse. Le fascisme à une propension assez grande à casser l'économie, à part en temps de guerre où le sang fait l'argent.

Louis D. Tisserand

J'imagine même qu'après la crise économique à venir, on pourra entendre ça dans les rues...

Commenter cet article